Nouveaux produits

Grande maquette bateau artisanale du 3 mats, frégate l'Astrolabe.

Disponible

Maquette artisanale du 3 mats frégate (1811-1851) l'Astrolabe.

Plus de détails

Nous poser une question sur ce produit

1 400,00 € TTC

  • Maquette artisanale du 3 mats frégate (1811-1851) l'Astrolabe lorsque Dumont d' Urville en prit le commandement. C'est une frégate Française en bois à trois mâts 14 canons en bronze. Cette maquette à une trentaine d'année très détaillées et faite entièrement à la main par un officier marinier à l'école navale de Lanveoc Poulmic. 900 de travail heures environ. Elle est superbe et réalisée avec beaucoup de finesse. A noter que toutes les épissures des haubans sont faites à la main.L'origine un navire de charge pour le transport de la cavalerie et s'appelait la Coquille. C'était une corvette de 380 tonnes lancée en 1811.

    Les corvettes possédaient toutes les caractéristiques des voiliers de la première moitié du XIXe siècle, période de l'apogée de la marine à voile. Les navires sont gréés en trois mâts carrés. Les deux mâts principaux (grand-mât et misaine) portent trois voiles carrées, parfois surmontées d'une quatrième, la voile de cacatois. Le mât d'artimon possède une grande voile trapézoïdale, la brigantine, surmontée à son tour d'une ou deux voiles carrées. Enfin, à la proue, on voit apparaître, attachés entre le beaupré et la misaine, les premiers focs triangulaires facilitant la remontée au vent.
    L'Astrolabe, qui s'appelait alors la Coquille, appareilla pour son premier tour du monde en 1822, sous le commandement du lieutenant de vaisseau Duperrey. Elle revint en mars 1825 après un parcours de 50 000 milles (près de 100 000 km) avec une documentation scientifique impressionnante. En 1826, Jules Sébastien César Dumont d'Urville appareilla à son tour sur la Coquille devenue l'Astrolabe pour un second tour du monde. La moisson scientifique fut tout aussi fructueuse : l'expédition releva plus de 4000 kilomètres de côtes dans le Pacifique et découvrit ou rectifia la position de plus de 150 îles, sans parler des immenses collections de roches et de plantes. Lors de son séjour en Tasmanie, Dumont d'Urville apprit qu'un capitaine anglais, Peter Dillon, avait retrouvé la trace de La Pérouse.




  • Epoque 19ème siècle
    Etat Très bon
    Hauteur (en cm) 90
    Largeur (en cm) 110
    Longueur (en cm) 19
    Bois Noyer
    Métal Laiton

6 autres produits dans la même catégorie :